staphylocoques

Aller en bas

staphylocoques

Message  Admin le Ven 30 Sep - 1:35

LES STAPHYLOCOQUES



· Très fréquemment isolés en pathologie humaine .

· Les staphylocoques sont des germes ubiquitaires : on les trouve dans l'air, le sol et les eaux.

· Ils appartiennent à la flore commensale de la peau et des muqueuses de l'homme et des animaux.
TAXONOMIE

· Les staphylocoques appartiennent à la famille des Micrococcaceae qui comprend quatre genres : Micrococcus, Staphylococcus, Stomatococcus et Planococcus.
1° Le genre Micrococcus

comprend les microcoques = des hôtes normaux de la peau et des muqueuses de l'homme et par conséquent souvent présents dans les prélèvements. Ce sont presque toujours des contaminants qu'il faut distinguer des staphylocoques.

2° Le genre Staphylococcus

comprend une trentaine d'espèces : certaines sont des hôtes de l'homme, d'autres des animaux, d'autres sont rencontrées à la fois chez l'homme et l'animal.


Staphylococcus aureus, le plus pathogène, (SA)
Les staphylocoques à coagulase négative( SCN) : S.epidermidis, S.saprophyticus, S.haemoliticus…………



3° Le genre Stomatococcus



comprend Stomatococcus mucilaginosus qui fait partie de la flore buccale.

4° Le genre Planococcus

comprend des bactéries du milieu marin.




STAPHYLOCOCCUS AUREUS







CARACTÈRES BACTÉRIOLOGIQUES



Morphologie

· Staphylococcus aureus est, comme tous les staphylocoques, un coccià Gram positif apparaissant en amas à l'examen microscopique (grappes de raisins)

· IL est :

- immobile

- non sporulé

- non capsulé .

Caractères de culture

· Cultive facilement sur milieux ordinaires .

· Aéro-anaérobie facultatif.







· Donne :

- sur milieux solides, des colonies lisses, luisantes et bombées,

plus ou moins pigmentées en jaune or Staphylococcus

aureus ou staphylocoque "doré".

- en milieu liquide, un trouble homogène.

· Comme tous les Micrococacceae, il se multiplie dans des milieux contenant une forte concentration de NaCl (5 à 10 g pour cent)






Milieu sélectif = Milieu de Chapman









Équipement enzymatique

· Diverses enzymes peuvent être mis en évidence chez Staphylococcus aureus :

° la catalase



diagnostic differentiel entre famille des Micrococcaceae (catalase+) et celle des Streptococcaceae (catalase-)





° la coagulase



diagnostic differentiel entre SA coagulase+et les SCNcoagulase -








° la désoxyribonucléase



diagnostic differentiel entre SA Dnase+et les Staphylocoques Dnase-





° la phosphatase

° la hyaluronidase

° la fibrinolysine

° la lipase et protéolysines qui caractérisent St. aureus.

· L'activité de toutes ces enzymes explique, en partie, la physiopathologie de l'infection staphylococcique.



Autres substances élaborées

Le pouvoir pathogène de Staphylococcus aureus tient également à la production d'un grand nombre de substances diffusibles.

Hémolysines

Leucocidine : souches LPV+

Entérotoxines.

· Certaines souches de Staphylococcus aureus élaborent des toxines protéiques responsables de toxi-infections alimentaires.

· La toxine du syndrome de choc toxique



Certaines souches de Staphylococcus aureus élaborent une toxine pyrogène et létale : la toxine du syndrome de choc toxique ou TSST (toxic-shock syndrom toxin).



· Exfoliatines ou épidermolysines

Certaines souches de Staphylococcus aureus élaborent des toxines

protéiques A ou B. Elles sont responsables de staphylococcies cutanées

bulleuses.


POUVOIR PATHOGÈNE


[size=12]

[b]· Staphylococcus aureus est fréquemment impliqué dans les infections nosocomiales. Les voies d'entrée sont iatrogènes (aiguilles, sondes, canules, cathéters, perfuseurs, drains ...)



ÉPIDÉMIOLOGIE









· Le principal réservoir est la peau et les muqueuses de l'homme (30 à 50% de porteurs sains).

· On le trouve en particulier dans les narines en raison de son affinité pour l'épithélium narinaire et le pouvoir d'y adhérer durablement.

· La transmission manuportée est le mode essentiel de transmission et le réservoir nasal recontaminant rapidement les mains assure la pérennité de la transmission.

· Le portage intestinal est assez fréquent mais n'a pas beaucoup de signification pathologique.





DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE



Isolement et identification

La morphologie (cocci Gram + en amas) est très évocatrice dès l'examen microscopique.

Pour isoler St. aureus des prélèvements plurimicrobiens





Milieu sélectif : milieu de Chapman ( 7,5% de Nacl)







Colonies jaunes (mannitol+) de 2 mm de diamètre

S.aureus peut être également cultivé sur des milieux ordinaires tel la GN

L’identification :

Catalase+

Culture positive sur Chapman : colonies jaunes ( dégradation du mannitol)

Coagulase positive( test sur plasma de lapin) , Dnase (milieu DNA + bleu de toluidine).





Typage des souches

A un intérêt dans les enquêtes épidémiologiques des toxi-infections alimentaires et les infections nosocomiales.

Les techniques utilisées : antibiotypie, lysotypie et séro-agglutination (réservées aux laboratoires spécialisés) .



RESISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES



Bêtalactamines



La résistance de Staphylococcus aureus aux bêtalactamines relève de plusieurs mécanismes



La production, d'origine plasmidique, de bêtalactamases:






Résistance aux pénicillines G, A, carboxypénicillines, Ureidopénicillines ( les

pénicillines M, les pénèmes et les céphalosporines ne sont pas touchés par ce

mécanisme)

( concerne plus de 90 % des souches)

La modification de la cible, d'origine chromosomique ( les PBP : protein binding penicillin ou PLP : protéine liant la pénicilline)












- Résistance aux pénicillines M et à toutes les b-lactamines.

- Résistance souvent accompagnée par des résistances à d’autres familles d’antibiotiques.

- Fréquente en milieu hospitalier.

- Mise en évidence au laboratoire : test à la céfoxitine, milieu hypersalé +

oxacilline, CMI ( classique ou E-Test) .

- Environ 30% des souches hospitalières sont résistantes à l’oxacilline

dites Méthi-R (SARM) .



aminosides

· Staphylococcus aureus est normalement sensible aux aminosides mais des résistances sont fréquemment détectées surtout parmi les souches méti-R.



macrolides et apparentés : MLS (Macrolides, Lincosamines, Synergistines)

· Les macrolides vrais (Erythromycine, Josamycine) et les lincosamines (Lincomycine, Clindamycine) sont efficaces mais on observe des résistances par modification de la cible ribosomale.

· Les synergistines (Pristinamycine) sont presque toujours actives et constituent d'excellents antistaphylococciques.



autres antibiotiques

· Fosfomycine, acide Fusidique, Rifampicine et Quinolones fluorées (Péfloxacine, Ofloxacine, Ciprofloxacine) sont presque toujours actifs. Ils ne sont utilisés qu'en association pour éviter la sélection de mutants résistants.

· Les glycopeptides (Vancomycine, Teicoplanine) sont très efficaces - il n'existe pas de soucherésistante en Algérie ( de rares souches R ont été isolées aux USA et au Japon) .

· Ils doivent être réservés aux infections sévères.


rozaline
Stimulant

Nombre de messages: 87
Localisation: oran
Date d'inscription: 04/09/2008

STAPHYLOCOQUES COAGULASE NEGATIVE



· Longtemps opposés aux "staphylocoques dorés" réputés dangereux, les "staphylocoques blancs" étaient considérés comme de simples commensaux de la peau et des muqueuses .

· Actuellement reconnus comme de véritables pathogènes en particulier dans les infections sur matériel étranger.





CLASSIFICATION et HABITAT

· 44 espèces de SCN sont répertoriées ; certaines sont des hôtes de l'homme, d'autres de l'animal et d'autres de l'homme et de l'animal.

· Chez l'homme, Staphylococcus epidermidis et saprophyticus dominent largement sur la peau et les muqueuses intestinale, et génitale.



CARACTÈRES BACTÉRIOLOGIQUES

· Les SCN sont : coagulase –

Danse –

Ne fermentent, généralement pas le mannitol

· Identification précise de l’espèce : mini galeries API Staph .

· POUVOIR PATHOGÈNE



· Les SCN sont essentiellement responsables d'infections nosocomiales et iatrogènes.

· Leur virulence est en rapport avec leur capacité d'adhésion aux matériels étrangers ( production d’une substance polysaccharidique dénommée "slime" qui facilite cette adhérence) .

· Staphylococcus saprophyticus est frequemment isolé chez les femmes jeunes dans les infections urinaires.



SENSIBILITÉ DES SCN AUX ANTIBIOTIQUES

· Les SCN forment un groupe hétérogène et leur comportement vis-à-vis des antibiotiques varie selon les espèces.

· A l'exception de St. saprophyticus, ils sont généralement plus résistants aux antibiotiques que S.aureus.

rozaline
Stimulant

Nombre de messages: 87
Localisation: oran
Date d'inscription: 04/09/2008



avatar
Admin
Admin

Messages : 168
Date d'inscription : 29/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://pharmatlemcen.forumalgerie.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum