cours du génome Bactérien

Aller en bas

cours du génome Bactérien

Message  Admin le Ven 30 Sep - 1:36

I)
LE GENOME BACTERIEN


A/
Rappel :


Ø Structure des acides nucléiques :


DNA= acide désoxyribonucléique: est le
matériel génétiques de toutes les cellules vivantes (sauf certains virus, ont
comme matériel génétiques l’ARN).


-Nucléotide = phosphate + sucre + base
azotée


SUCRE : ribose, -2.Désoxy ribose


BASE : Adénine, guanine, cytosine, thymine
ou uracile


Ø Synthèse
du DNA
=réplication : 5’---3’ (DNA polymérase),
réplication semi- conservative


Ø Synthèse
du RNAm : transcription,
3’--- 5’ (RNA polymérase)


Ø Synthèse
des protéines :
est le processus par lequel l’information génétique s’exprime.


Ø Variations
génétiques : - Modifications (Mutations, remaniements
intra-génomiques)



-Acquisition d’ADN exogène.





B/ Éléments constitutifs du génome :


Le génome
bactérien: un modèle d’étude de la génétique du vivant.


Structure simple et parfaitement
connue
Temps de génération des bactéries
court
Génétique bactérienne à
l’origine de:




Les grandes découvertes de génétique



La génétique moléculaire



Les manipulations génétiques


C/ Eléments génétiques mobiles : Cassettes, Intégrons, Transposons, Plasmides


ü CASSETTES :


v Eléments génétiques
mobiles


o
Intégration et excision médiés par une intégrase
externe


v Constitution:


o
Ensemble de gènes co-transcris (souvent résistance à
un AB)


o
Site de reconnaissance d’une intégrase


o
Non auto réplicatifs, non autotransférable,


o
sans promoteur (donc non transcrits isolément)


ü INTGRONS :


Structure:


o
Région 5’


·
Gène d’Integrase (intI)


·
Site d’attachement (att)


·
Promoteurs (P1 P2…) pour toutes les cassettes (les
plus proches sont les mieux transcrites).


o
Région 3’


·
Cassettes de résistance


ü Mobiles (cibles
d’intégrations multiples)


ü Non auto
réplicatif, non autotransférable





TRANSPOSONS :


Ø 500 à 10000 PB


Ø mobiles (transposition)


Ø insertion sans homologie


PLASMIDES :


Eléments facultatifs
ADN bicaténaire circulaire
1% de la taille du chromosome
Autoréplicatifs (réplicons)




Plusieurs plasmides identiques ou différents par
cellule



Transmis à la descendance



Stables si avantage sélectif


Autotransférables d’une cellule
à l’autre (gènes de transfert) même interspécifique


















Variations génomiques chez les bactéries :


A/
Définition :


Variations phénotypiques
(Modification de l’expression du génome)




Adaptation



Réversible si l’environnement change



Non transmissible



Exemple: expression d’une b-galactosidase


Variations génotypiques
(Modification de la structure du génome)




Non réversible



Transmissible



Exemple: mutations, remaniements, acquisition d’ADN exogène


1/ Mutations: nature et définitions :



Modifications accidentelles de la séquence de l’ADN



Survenant lors de la réplication



Exemples:


§ Délétion ou
insertion è décalage du cadre de lecture


§ Substitution
d’un nucléotide è modification du message



Mutation silencieuse (acide aminé identique ou
équivalent)



Mutation létale (produit du gène essentiel)



Mutation non sens (codon stop)



Mutation faux sens (substitution d’un AA)





§ proteines
plus ou moins fonctionnelle.


Mutations :
Caractères :



·
rares : taux de mutation= 10-5 à 10-9, augmenté par les agents
mutagènes.


·
Spontanée : les antibiotiques n’induisent pas de
mutations


·
Stable : mutation réverse, mutation
compensatoire.


·
Transmise à la descendance


·
Indépendantes et spécifiques :


-
Autres caractères intacts


-
Taux de mutations pour 2caractères= produit des taux
de mutation


B/ L’acquisition
d’ADN exogène :


1. Transformation :


Définition :


-Phénomène fréquent chez certaines espèces


-Transferts
interspécifiques possibles


-Caractères de résistance, de virulence ou métaboliques


Pneumocoques résistants aux b-lactamines


-Technique de base en biologie moléculaire


Electroparation


Caractéristiques
de la transformation :


q Le DNA doit être
libéré d’une bactérie (exogènote )


q Le DNA nu doit
se fixer sur une bactérie réceptrice en
phase de compétence


q L’absorption
d’ADN polymérisé est suivie d’une recombinaison légitime avec acquisition de
nouveaux caractères génétiques stables, transmissibles à la descendance (
recombinants ou transformants )


q Le transfert est
partiel :une partie de l’exogènote ( 1-2% du génome) pénètre et se recombine (
si homologie suffisante)


q Ce transfert
naturel d’ ADN bactérien est limite à quelques espèces telles streptococcus
dont S.pneumoniae, Neisseria ,Haemophilus ……..


LES
PRINCIPALES ETAPES DE LA TRANSFORMATION NATURELLE :


L’ADN/: bicaténaire, d’origine
variable
1ère étape: fixation covalente à un complexe
protéique membranaire
2ème étape: fragmentation de l’ ADN (
nucléase)
3ème étape : entrée de l’ ADN simple brin
dans la bactérie
4ème étape : devenir de l’ ADN simple brin
transformant dans la bactérie



ü recombinaison
homologue nécéssitant de larges homologies entre l’ADN exogène et endogène,
avec remplacement allélique.


ü l’ADN provient
de la même espèce bactérienne ou d’une espèce proche









Conjugaison
ou sexualité des bactéries :


1-
Définition


Processus sexuel nécessitant un
appariement entre bactéries de sexes différents et formation d’un pont
cytoplasmique permettant les échanges génétiques:un transfert
unidirectionnel d’ADN d’une cellule donatrice (f+) à une cellule
réceptrice (f-), par un mécanisme requérant un contact spécifique.



Caractéristiques
de la conjugaison :


Le facteur de sexualité ou de
fertilité (F) permet la synthèse de pili sexuels chez la bactérie
donatrice ou mâle et donne la polarité au chromosome.
Le transfert d’ADN chromosomique
est à sens unique, orienté, progressif et parfois total (2h).
Le transfert d’ADN chromosomique
est spécifique (intra-espèces) et limité à certaines espèces à Gram
négatif telles E.coli, Salmonella, Pseudomonas aeruginosa
et Streptococcus.
Le transfert d’ADN plasmidique
et de transposons est très fréquent et peu spécifique (intra-espèces)
Deux classes de vehicules :
- plasmides, -Transposons



Ø On observe
souvent une synergie entre les véhicules. En particulier des transposons portés
par des plasmides.


Limites :



§ Pour les
plamides. Réplication et expression des fonctions de transfert


§ Pour les
transposons. Expression des fonctions de transfert


§ De façon
générale. Le transfert et l’expression des fonctions de transfert sont très
finement régulés. Vraisemblablement pour limiter la charge biosynthétique liée
à ce processus.


Le
facteur de fertilité: le plasmide F+, premier plasmide connu :


Le plasmide F+: DNA circulation
double brin,~ 2% du chromosome bactérien.
Le plasmide F+ se réplique chez E.coli
et Salmonella typhimurium.
Le plasmide F+ code pour des
fonctions de transfert (région tra de 30 kb de ~ 30
gènes), incluant la biosyntheses de pili sexuels.
Le plasmide
F+ peut s’insérer dans le chromosome (bactéries HFr High Frequency
recombination) et mobiliser le transfert partiel des gènes chromosomiques
du donneur dans la bactérie réceptrice (F-).















Conséquences
de la conjugaison :


Le mode de transfert d’ADN
bactérien par conjugaison d’une cellule à l’autre a permis:



Ø La
caractérisation des propriétés remarquables du facteur F:


- Plasmide =
réplicon


- insertion
au chromosome en des sites limités ou
autonome).


- le passage
de l’état intégré à l’autre par excision
peut entrainer la formation d’un plasmide F’ (unité autonome de réplication et
porteuse de gènes bactériens).


Ø L’établissement
de cartes génétiques du chromosome bactérien (E.coli).


Ø La circularité
du chromosome bactérien.


Ø Principal
facteur d’évolution des bactéries: acquisition de plasmides de résistance aux
antibiotiques, et porteurs de gènes de virulence et métaboliques.





2- La
transduction :


Définition:



Transfert d’ADN bactérien d’une
bactérie à une autre par
l’intermédiaire d’un bactériophage.


Ce transfert partiel de gènes bactériens
peut s’accompagner d’une recombinaison légitime :


v Transduction généralisée: le phage emporte n’importe quel gène de la bactérie
donatrice.


v Transduction abortive: pas d’intégration.


v Transduction spécialisée: le DNA phagique s’intègre toujours au même endroit.


§ Caractéristiques
de la transduction :


Bactériophages: vecteurs de transduction.


Particules transductrices: les phages virulentes contenant de
l’ADN bactérien encapsidé.


Processus essentiellement intra-spécifique.


Deux types de transduction : généralisée, spécialisée.


L’existence de
nombreuses souches lysogènes fait qu’il s’agit d’un phénomène général chez les espèces Gram positif (Staphylocoques, Bacillus)
et Gram négatif (Entérobactéries, Pseudomonas).


La transduction a un potentiel limité aux espèces très
proches. Mais c’est un processus extrêmement efficace.








§ Efficacité
du phénomène :


- Protection du DNA dans les particules virales.


- Système de délivrance très performant


- Abondance des phages
en milieu aquatique 103 et 108 phages/ ml.


( 108
phages/ ml ≈ 1/3 population bactérienne sujette à une attaque virale/ 24 h)


§ Transduction
par des bactériophages :


Virus des bactéries


Infectionè


o
Phage virulent è cycle lytique


o
Phage tempéré è Intégration au chromosome (prophage
inductible, bactérie lysogène)





§ Conséquences
de la transduction :


Mode de transfert ayant un intérêt historique (phage lambda d’E. coli).


Transfert en ADN bactérien ou plasmidique limité (taille du phage) (<
50 kb).


La lysogénie : Exemples :


*Toxine du bacille
diohtérique et phage B


*Toxine érythrogène par le
streptocoque A


* Certaines cytotoxiques
(vérotoxines) chez E.coli ECEP



* Certaines facteurs antigéniques de
salmonella (conversion lysogénique)


*Certains « ilots de pathogénicité » des
bactéries sont en fait hébergés par des prophages intégrés dans les chromosomes
bactériens.






C/ Régulation des variations génétiques :


§ Systèmes de
réparation des mutations :



- Systèmes de réparation des
mésappariements



- Systèmes SOS. Rec



- Les souches hypermutatrices àévolution rapide


§ Systèmes de
restriction / méthylation :


-
Restriction des recombinaisons par les endonucléases
de restriction


-
Protection de l’ADN par les enzymes de méthylation


àRecombinaisons seulement entre
bactéries taxonomiquement proches


CONCLUSION :


§ Génome des bactéries très plastique


§ Variations/ Sélections = source de diversité +++ à
adaptation. Evolution


§ Une semaine de bactérie = 10 000 ans humains
avatar
Admin
Admin

Messages : 168
Date d'inscription : 29/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://pharmatlemcen.forumalgerie.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum